Belle rencontre

Je suis allé visiter une maison avec mon chum hier. Elle était trop petite pour nos besoins, mais je l’ai beaucoup appréciée. Je m’y sentais bien, la déco me ressemblait davantage que celle de ma propre maison! On a alors commencé à parler avec notre hôtesse et le tout c’est confirmé. On a cliqué. Des rêves similaires, des projets d’avenirs qui se rapprochent, des façons de voir la vie et de penser qui s’accordent, c’était palpable. J’ignore si nos chemins de vie se croiseront à nouveau, mais je sais que j’ai rencontré une personne importante. Elle aura, au minimum, été importante dans ma journée, parce que ça m’a fait du bien de connecter avec quelqu’un d’autre. Parce que j’ai recommencé à rêver un peu plus fort. Parce que j’ai pu constater qu’il y a plusieurs personnes qui, comme nous, aspirent à faire les choses autrement.

Lire la suite

Façon de parler

automneOn connait bien l’importance d’être et de penser positif, de rester à l’affût de nos actions et de ne pas être critique. C’est en faisant ce travail sur moi-même que j’ai pris conscience d’un phénomène particulier. À Québec, quand on est content on dit c’est l’enfer, à Montréal c’est écœurant et on dit que c’est complétement malade un peu partout où j’ai vécu. Pourquoi tous les qualificatifs pour dire à quel point on aime quelque chose sont-ils aussi négatifs?

J’ai lu dernièrement un texte de Suzanne Jennings qui résume bien ce que j’ai pu constater moi aussi. Bon, elle n’est pas la seule à l’écrire, on l’a déjà entendu dire par plein d’autres personnes, mais comme j’aime bien Suzanne et que c’est sur son texte que j’ai mis la main, j’ai décidé d’en partager un bout avec vous.

Lire la suite

Entrainement au bonheur

«Vous êtes le maître de votre destinée. Ne remettez pas votre pouvoir entre les mains des autres. Tout dépend de vous. C’est votre façon d’apprécier un événement qui le colore…»

Je n’arrive pas à compter le nombre de fois où j’ai lu ou entendu exactement le même enseignement, sous des formes différentes, avec des mots différents, mais qui revenaient invariablement toujours au même. Ça me semblait tellement obscur et inatteignable.

Inatteignable jusqu’au jour ou Suzanne Jennings me l’a redit pour la ixième fois. C’est en écoutant son coffret le génie en vous que j’ai enfin compris. C’est moi qui décide d’être de bonne ou de mauvaise humeur. Chaque fois que je me réveille le matin, j’ai le choix de broyer du noir ou d’apprécier le moment présent.

Lire la suite